Suspensions en endurance

Ces derniers jours, le tribunal de la FEI s’est prononcé dans deux affaires liées à l’endurance. La première concerne Tra Flama, le cheval de Gillese de Villiers, qui avait été refusé à la deuxième visite vétérinaire de la course d’endurance des JEM 2014 et dont les échantillons prélevés ont révélé par après la présence d’anti-inflammatoires.

En plus d’une amende d’un peu moins de 500 euros, la cavalière sud-africaine se voit sanctionnée d’une suspension de six mois qui a pris effet dès ce 21 juin. Elle pourra évidemment introduire un recours en appel dans les 30 jours.

Le deuxième cas concerne Brookleigh Caspar, cheval de Nasser Khalifa NJ Al-Thani, qui a été contrôlé positif à des anti-inflammatoires et à l’heptaminol (substance qui dilate les vaisseaux sanguins) lors d’une course de 120 km à Doha. Pour ce Qatari qui a eu recours à des substances formellement interdites (même hors compétition), la peine est plus lourde : près de 5.000 euros d’amende et vingt-sept mois de suspension à partir du 18 juin.

A noter que le Sheikh Hazza Bin Sultan Bin Zayed al-Nahyan, suspendu la même durée pour un contrôle positif de sa monture à des substances interdites en 2012, a quant à lui réussi à diminuer sa peine en introduisant un recours en appel. Sa suspension a ainsi été réduite à dix-huit mois et lui permettra de reprendre rapidement les courses.