Vérone et Bâle renoncent à la Coupe du monde

(Photo : CSI Bâle / Katja Stuppia)

C'est un nouveau coup dur pour la Coupe du monde de jumping ouest-européenne : après plusieurs faux-départs, le circuit est à nouveau compromis par l'annulation de deux nouvelles manches. Vérone et Bâle ont en effet renoncé à leur organisation à cause des développements de l'épidémie de Covid-19. 

Y aura-t-il une Coupe du monde de jumping 2020-2021 en Europe de l'Ouest? Plus le temps passe, et plus cela semble incertain. Après les annulations de plusieurs manches bien en amont du début du circuit, les évenements continuent à passer à la trappe les uns après les autres. 

Equita Lyon qui devait ouvrir la série fin octobre a en effet dû être annulé malgré les efforts et adaptations consenties par les organisateurs. La Coupe du monde devait donc démarrer mi-novembre à Vérone en Italie, mais une fois de plus l'évolution préoccupante de l'épidémie de Covid-19 et les mesures prises par les autorités nationales ont eu raison de l'événement. L'Italie a en effet interdit toutes les manifestations de ce genre au moins jusqu'au 24 novembre. 

Vérone n'est par ailleurs pas la seule à avoir annoncé son annulation tout récemment. Bâle, qui devait accueillir une étape de la Coupe du monde début janvier, a aussi d'ores et déjà supprimé son édition 2021 pour les mêmes raisons. "Les derniers jours ont montré un très mauvais développement de la situation (ndlr : sanitaire), spécialement dans la région de Bâle où tous les événements majeurs avec plus de 1.000 spectateurs ont déjà été annulés jusqu'à la fin de l'année", précisent les organisateurs sur leur page Facebook. "Cela rend une préparation sérieuse de l'événement tout simplement impossible. Cela vaut pour nous-mêmes, mais aussi pour les cavaliers et leurs chevaux."

PLUS QUE TROIS ÉTAPES

A ce jour, il ne reste plus que trois manches au calendrier de la Coupe du monde ouest-européenne : Malines fin décembre, puis Leipzig mi-janvier et Bordeaux début février. Si ces organisateurs semblent motivés à maintenir leurs événements, ils pourraient bien comme d'autres être rattrapés par la crise sanitaire... Les organisateurs de Bordeaux ont notamment précisé qu'ils donneraient des indications sur le format de leur concours début novembre. Quant au Jumping de Malines, il a d'ores et déjà prévu de se délocaliser exceptionnellement à Lier, où toutes les infrastructures sont déjà prêtes.

La FEI n'a pas encore réagi à ces nouvelles annulations, mais elle avait déjà précisé qu'elle maintiendrait sa Finale de Coupe du monde tant qu'il y aurait au moins trois qualifications. Une nouvelle annulation pourrait donc être fatale au circuit indoor, qui avait déjà dû annuler sa Finale 2020 à cause du Covid-19.