Steve Guerdat : "Je ne m'attendais pas à gagner"

Steve Guerdat et Alamo (Photo : FEI/Liz Gregg)
Steve Guerdat et Alamo (Photo : FEI/Liz Gregg)

En remportant la Finale de Coupe du monde ce dimanche à Göteborg, Steve Guerdat a décroché son troisième titre mondial avec un cheval pourtant inexpérimenté à ce niveau. Retour sur ses impressions ainsi que celles des Belges classés dans cette Finale. 

Si Steve Guerdat avait déjà remporté deux Finales de Coupe du monde auparavant, il ne pensait pas renouer avec le succès cette année à Göteborg. "C'est incroyable, je ne m’attendais pas à gagner!", confiait-il en sortie de piste. 

Les doutes du Suisse provenaient essentiellement du fait que son cheval, Alamo, n'avait jamais participé à une telle épreuve. "Je n’étais pas tout à fait certain d’accéder à la dernière manche vu que c’était son premier championnat et j’étais un peu nerveux vendredi après l’épreuve de chasse, mais au final il a été incroyable tout le week-end. C’est au cheval de décider s’il saute les barres donc j’ai vraiment essayé de me concentrer sur mon équitation et de lui donner les meilleures chances, et Alamo a très bien répondu."

Ce troisième titre avait évidemment une saveur particulière pour le numéro un mondial : "Lorsque j’étais jeune je rêvais de gagner la Coupe du monde, et quand j’ai fini deux fois deuxième je me suis demandé si ça pouvait un jour arriver. Donc quand j’ai gagné la première fois en 2015 c’était très spécial, et gagner l’année suivante ici à Göteborg était encore mieux car c’est un concours si génial, le public est comme nulle part ailleurs et l’atmosphère est incroyable. Gagner trois fois, et le refaire à Göteborg aujourd’hui me rend très fier. J’aime ces championnats, rien que d’y participer est une expérience de vie fantastique et j’essaye de profiter du moment tout en donnant ma meilleure équitation."

Une nouvelle fois deuxième après sa médaille d'argent aux Jeux équestres mondiaux, son compatriote Martin Fuchs n'éprouvait qu'une petite déception. "Si je dois être battu c’est super que ce soit par Steve, il est mon ami et mon partenaire d’entrainement. Clooney a été incroyable, il a sauté les deux manches facilement ce dimanche, il est l’un des meilleurs chevaux au monde. Ces deux deuxièmes places sont déjà un aboutissement, et je suis déjà impatient d’être au championnat d’Europe cet été !"

Côté belge, Olivier Philippaerts qui avait terminé cinquième l'an dernier à Paris visait mieux que la septième place qu'il a finalement décrochée à Göteborg. François Mathy Jr, onzième, était lui aussi un peu déçu mais relativisait : "Uno a très bien sauté ce dimanche mais ça ne s’est pas passé comme j’espérais car je voulais faire un double sans-faute. Dans le premier tour, il a perdu un fer après le numéro trois donc il a dû faire tout le parcours avec un fer en moins mais il s’est vraiment donné du mal. En deuxième manche j’ai manqué de contrôle à la fin, en entrée de double, ce qui a mené aux fautes. On manque sans doute d’expérience, ce sont deux chevaux qui font leur première Finale de Coupe du monde. On a tous à apprendre de ça. On espérait au plus mal faire un Top 10, on n’en est pas loin mais en commençant avec une quatrième position le premier jour on visait un peu plus haut..."

La surprise était par contre de plutôt bon goût pour Niels Bruynseels, cinquième et meilleur Belge de cette Finale à Göteborg : "C’est toujours dommage d’échouer si près du podium mais je ne venais pas ici avec des ambitions de Top 3. C’était ma première Finale de Coupe du monde et avec un jeune cheval de 10 ans débutant à ce niveau donc je suis très content de cette prestation. Delux m’a donné un bon sentiment lors des deux manches ce dimanche, il a plutôt commis ses fautes par manque d’expérience. Ce qui est très bien, c'est que je n'ai pas ressenti de pression ce dimanche. J'avais 100% confiance en mon cheval. Je suis très heureux et je pense maintenant à mon avenir avec Delux."