Les Belges se préparent pour la Coupe du monde

Pieter Devos (Photo : FEI)
Pieter Devos (Photo : FEI)

Bien que chamboulée par l'épidémie de Covid-19, la Coupe du monde de jumping reprendra à la fin du mois à Lyon. Trois Belges participeront à cet événement et seront ambitieux, même si cette saison s'annonce très différente des précédentes... 

Alors que la Coupe du monde de dressage reprend cette semaine au Danemark, celle Ouest-européenne de jumping devrait débuter à Lyon le 27 octobre. La série devait initialement s'ouvrir ce week-end à Oslo puis à Helsinki, mais l'épidémie de Covid-19 a eu raison de ces deux événements. Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls : sur les treize manches programmées au départ, il n'en reste désormais plus que six à Lyon, Vérone, Malines, Bâle, Leipzig et Bordeaux.

De nouvelles annulations ne sont pas à exclure dans les prochaines semaines, mais les cavaliers se préparent néanmoins pour ces rares événements de grande ampleur. Côté belge, le sélectionneur Pieter Weinberg a récemment annoncé les noms des trois cavaliers qui participeront à Lyon : Niels Bruynseels, Jos Verlooy et Pieter Devos

"Mon objectif pour cette édition est principalement de participer, et de faire de mon mieux", a confié Pieter Devos à equibel. "L’année dernière, j’étais deuxième au classement général de la Coupe du monde et j’avais vraiment hâte de pouvoir montrer de belles choses en finale. C’était donc une grande déception pour moi que cette finale ne puisse pas avoir lieu à cause du Corona. J’avais vraiment passé une excellente saison en 2019 et j’avais hâte de continuer dans cette voie. C’est pourquoi je suis maintenant très motivé pour cette première Coupe du monde à Lyon, à mon avis une des plus belles et certainement une des plus difficiles en terme de niveau.”

En raison de l'épidémie, la Coupe du monde de Lyon se déroulera avec un maximum de 1.000 spectateurs, ce qui risque d'avoir un impact sur les chevaux selon Pieter Devos. "Ils sont tellement intelligents qu’ils savent que plus il y a de public, plus la compétition est importante. Bien sûr, ils ont participé à plusieurs compétitions outdoor avec peu ou pas de public. Mais il reste à voir comment ils vont réagir à l’intérieur dans un hall si grand et vide, où le public se trouve normalement aussi à une distance beaucoup plus courte qu’à l’extérieur.”

Réponse le 27 octobre lors du lancement de la Coupe du monde à Lyon

Source : equibel

Epplejeck 2020
www.stageequestre.be