Le secteur équestre réclame une diminution de la TVA

(Photo : Christophe Bortels)
(Photo : Christophe Bortels)

Limité depuis plusieurs mois par l'épidémie de Covid-19, le secteur équestre connait des difficultés en Belgique. Plusieurs fédérations et acteurs belges ont donc décidé de s'associer et de lancer une campagne réclamant une diminution provisoire de la TVA appliquée à leurs activités. 

Le secteur équestre belge est directement touché par l'épidémie de Covid-19, au même titre que beaucoup d'autres. L'arrêt de toutes les activités (concours, stages, cours,...) lors du premier confinement en début d'année a en effet eu un impact économique important, et les aides ont tardé à arriver. Par ailleurs, des restrictions sont toujours imposées au secteur équestre belge aujourd'hui pour ralentir la recrudescence de l'épidémie : pas de cours en manège ni de compétitions pour les plus de 12 ans, annulation de la plupart des stages, concours professionnels sans public ni restauration, etc.

"Les coûts continuent à s’accumuler alors que les revenus chutent de manière drastique ou sont tout simplement nuls", soulignent dans un communiqué plusieurs acteurs de terrain comme les Fédérations sportive (FRBSE, LEWB,...) et des courses hippiques, l'Hippodrome de Wallonie, le consortium Equisfair ou encore plusieurs stud-books et les Confédérations du cheval

6% DE TVA AU LIEU DE 21%

Face à cette situation difficile, ces différents acteurs ont décidé de s'associer dans une campagne pour réclamer la diminution de la TVA sur les activités liées aux sports équestres. Ils demandent plus précisément qu'elle passe de 21% à 6% pour une période d'au moins 12 mois. 

Actuellement, ce taux de TVA réduit s'applique seulement à la vente de certaines races de travail comme les chevaux de trait, semi-trait ou lourds, ainsi qu'aux cheaux acquis via le commerce intracommunautaire ou importés pour l'abattage. "Compte tenu des conditions actuelles de crise, le secteur équestre demande d’une seule voix que le taux de 6 % soit étendu à tous les chevaux, quelle que soit leur race et leur utilisation", précisent les différents acteurs. 

Ceux-ci souhaitent aussi que cette diminution soit appliquée à l'élevage et au commerce d'équidés, mais aussi à toutes les actitvités connexes : entretien, soins, vente et hébergement des chevaux, suivi vétérinaire, formation des cavaliers et chevaux,etc. "En d'autres termes, la demande concerne le secteur des chevaux au sens du terme le plus large. Ce taux réduit devrait aider à la survie financière de notre secteur, composé de centaines de clubs, d'écuries et de professionnels, ainsi qu’à garantir le bien-être de tous nos chevaux."

IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

Le secteur équestre est en effet un acteur important en Belgique et contribue à sa renommée internationale, notamment via l'élevage de chevaux de sport. Le communiqué demandant la diminution de la TVA rappelle notamment que le secteur équestre belge représente un impact économique d'environ 1 milliard d'euros, et que le pays a le deuxième plus grand nombre de chevaux par habitants en Europe. On y trouve également plus de 1.000 centres équestres et écuries, et plus de 350.000 chevaux. Et, outre l'intérêt économique, il faut souligner que les chevaux "sont aussi des animaux ayant une utilité sociale et thérapeutique". 

Arena Saddles
Moncheval.net