Le procès du marchand d'Ogy débutera en janvier

Les chevaux étaient extrêmement négligés. (Crédit : Animaux en Péril)

Ca y est, le marchand d'Ogy va enfin se retrouver sur le banc des accusés. Voici un moment très attendu par les différentes associations de protection des animaux. Ces dernières espèrent qu'il sera enfin sanctionné pour ses actes envers les chevaux.

Le procès du marchand d'Ogy débutera en janvier. Animaux en Péril, Le Rêve d'Aby, Equichance, Animal sans Toi...t et Help Animals attendaient avec impatience cette nouvelle. En effet, ces associations de protection animale s'était constituées parties civiles dans l'affaire. Pour rappel, voici une partie des faits reprochés au marchand d'Ogy, Pascal Delcourt :

  • Avoir abattu des équidés clandestinement.
  • Avoir détenu des équidés, des bovins et nombreux autres animaux en infraction avec la législation sur le bien-être des animaux.
  • Avoir vendu des équidés ne pouvant entrer dans la chaîne alimentaire et falsifié des denrées alimentaires.
  • Avoir vendu des denrées alimentaires qui contiennent des contaminants interdits.
  • Avoir importé illégalement des équidés.
  • Avoir rédigé de faux passeports et avoir dissimulé l’origine des équidés pour les faire entrer dans la chaîne alimentaire.
  • Avoir commis l’infraction de traite des êtres humains (emploi de main-d’oeuvre illégale dans des conditions contraire à la dignité humaine

Un procès très attendu

C'est donc le 13 janvier 2021 que le procès contre Pascal Delcourt débutera. L'accusé avait été renvoyé devant le tribunal correctionnel par la Chambre du Conseil concernant des faits remontants au printemps 2016. Une cinquantaine de chevaux avait été saisie à l'époque.

Animaux en Péril annonce dans son communiqué de presse que "Les refuges à la cause dans ce dossier, et qui avaient accueilli les animaux saisis, espèrent que Pascal Delcourt, multirécidiviste depuis plus de 10 ans, sera enfin condamné à la mesure des faits commis et qu’il se verra interdire de détenir des animaux. Rappelons que ce marchand de chevaux, qui sévit dans l’entité de Lessines, a déjà été poursuivi à plusieurs reprises, mais a toujours bénéficié de l’indulgence des tribunaux. En outre, depuis l’affaire de 2016, plusieurs saisies d’animaux (dont 14 chevaux en juillet 2019) ont également été ordonnées par le Bourgmestre de Lessines". Pour Jean-Marc Montegnies, président d’Animaux en Péril « Si Pascal Delcourt s’en sort encore une fois avec des peines légères ou avec sursis, nous perdrons définitivement confiance en la justice qui, jusqu’à présent, n’a jamais vraiment envoyé de signal fort en direction des bourreaux d’animaux. C’est l’occasion ou jamais ! »

À la recherche d’un manège près de chez vous ?