La FEI suspend la fédération équestre des Emirats Arabes Unis

Comme ses compatriotes, le Sheikh Hamdan bin Mohamed al Maktoum, actuel champion du monde, ne peut actuellement plus concourir à l'étranger (Crédit photo : Christophe Bortels)

L'endurance émiratie ne cesse de faire l'actualité, et pas de la meilleure des manières... Après avoir supprimé de son calendrier les courses organisées aux Emirats Arabes Unis en mars, la Fédération équestre internationale vient de suspendre la Fédération nationale pour une durée indéterminée. En cause : des problèmes de non respect des chevaux et des règlements internationaux...

La suspension a été décidée à l'unanimité par le bureau de la FEI, et ce à l'issue d'une enquête sur les deux thèmes qui posent problème : le bien-être des chevaux et le respect des règlements. Ces derniers mois, les Emiratis ont en effet été mêlés à des affaires comme la mort de Splitters Creek Bundy, victime d'une double fracture des canons en pleine course, ou encore des résultats de compétition identiques laissant penser à des tricheries et à l'organisation de courses factices pour permettre à des cavaliers de se qualifier pour la très bien dotée President Cup. 

"Nous étions confiants face au renforcement strict des règles de l'endurance survenu en août 2014 et nous pensions que cela serait efficace pour réduire le nombre de blessures et de décès aux Emirats", explique Ingmar De Vos, Président de la FEI. "Mais malheureusement cela n'a pas été le cas...Il y a également eu d'autres problèmes majeurs de non-conformité, donc au final nous n'avions pas d'autre choix que de prendre cette mesure drastique face à une situation inacceptable."

PRESQUE TOUT UN PAYS HORS JEU

La suspension de la Fédération des Emirats Arabes Unis signifie que celle-ci ne pourra pas participer ni être représentée à toute réunion des organes de la FEI, qu'elle ne pourra organiser aucun évènement international et qu'aucun de ses membres ne pourra participer à n'importe quelle course internationale. Le Bureau de la FEI a toutefois décidé que les cavaliers montant dans d'autres disciplines que l'endurance ne sont pas concernés par cette suspension et pourront concourir à l'étranger sous les couleurs de la FEI. 

"La décision de suspendre une fédération nationale n'est pas quelque chose qui se fait à la légère et nous devons seulement le faire si aucun autre remède n'est possible", expliquait Ingmar De Vos, président de la FEI. "Malheureusement c'était la seule option qu'il nous restait, mais nous devons prendre nos responsabilités et nous ne devons pas craindre d'attaquer les problèmes majeurs de front. Quand le bien-être des chevaux est concerné, la FEI doit montrer son autorité et résoudre les problèmes de manière structurée, sans faire de concessions."

QUELS RESULTATS ESPERER?

Jusqu'à présent, la durée de la suspension n'a pas été déterminée. Le Bureau de la FEI a toutefois précisé que l'éventuelle réintégration de la Fédération émiratie dépendra de la signature d'un accord dans lequel celle-ci s'engage à prendre toutes les mesures que le Bureau jugera nécessaires pour assurer le bien-être des chevaux et le parfait respect des règles de la FEI. 

Reste à voir sir la Fédération émiratie acceptera de se plier à ces conditions... Elle dispose actuellement de trente jours pour faire appel de la décision de sa suspension auprès du tribunal de la FEI. 

En parallèle, la FEI a commandé à l'Unité d'intégrité pour la communauté équestre une enquête complète à propos des suspicions de fausses courses. Pas de doute : on risque encore d'encore parler de l'endurance émiratie dans les prochaines semaines...

(Source : communiqué FEI)

Pour lire la réaction de Pierre Arnould, cliquez ici