Herpès virus à Valence : la situation est préoccupante

(Photo : CES Valencia Tour)

L'herpès virus équin qui s'est déclaré au CES Tour de Valence continue à se propager. Selon la FEI, près de la moitié des chevaux présents en Espagne montrent des signes cliniques de ce EHV-1, tout comme plusieurs chevaux qui ont déjà quitté le site. Un plan d'action est mis en oeuvre pour éviter la propagation. 

Le CES Tour de Valence s'est interrompu brutalement dimanche dernier, après la détection d'un foyer d'herpès virus équin EHV-1 (notamment responsable de la rhinopneumonie) sur le site. On ignorait alors l'ampleur de l'épidémie, mais celle-ci semble se préciser, et la situation est hélas préoccupante. 

Dans un communiqué, la FEI explique en effet que 72 des 150 chevaux encore présents à Valence montrent des signes cliniques du EHV-1. Sur 47 chevaux déjà testés, il s'est avéré que 17 étaient bel et bien touchés par ce virus. Par ailleurs, trois chevaux ont dû être transférés à la clinique vétérinaire car ils présentaient des symptômes neurologiques, mais le nombre d'équidés présentant ces effets pourrait être plus élevé. 

Afin d'endiguer la propagation de l'épidémie, la FEI travaille avec la fédération espagnole, les autorités locales et sanitaires. Le site du concours de Valence a été bouclé et déclaré comme une unité d'isolation. Cinq vétérinaires supplémentaires ont été autorisés à rejoindre les lieux pour aider à soigner les chevaux touchés. Un protocole est aussi en cours pour permettre aux chevaux sains de quitter Valence. 

Malheureusement, l'épidémie n'est pas limitée à l'Espagne et à Valence. Toujours selon la FEI, plusieurs chevaux qui ont quitté le concours le 14 février sont devenus malades rapidement après leur retour. Au total, trois pays seraient concernés. En guise de prévention, la FEI avait déjà bloqué l'accès à tout concours pour les chevaux qui ont concourru à Valence, et ce jusqu'à ce qu'ils aient effectué les tests requis.

La Fédération est par ailleurs en contact avec les fédérations nationales et athlètes qui ont fréquenté Valence durant le mois de février.
"Les cavaliers belges et les athlètes étrangers résidant normalement en Belgique qui étaient présents à ce concours ont été informés immédiatement de la situation et des mesures de précaution ont été prises au niveau international ainsi que national", explique la FRBSE. "Ces chevaux ne peuvent donc pas participer à des compétitions pendant les deux prochaines semaines et nous avons encouragé les cavaliers et propriétaires concernés à isoler leurs chevaux (pas de déplacement pour aller s’entrainer par exemple, ne pas accueillir d’autres chevaux dans leurs écuries…).

Par ailleurs, ces chevaux pourront retourner en compétition si la Fédération reçoit la confirmation que leur état de santé est bon d’ici une quinzaine de jours. Nous appelons également à la prudence et à la vigilance générales.  Si vous remarquez que l’un de vos chevaux a de la fièvre, soyez extrêmement prudent et consultez votre vétérinaire pour plus de conseils."